L’injonction structurelle désigne un ordre donné par une autorité administrative à un opérateur de vendre certains de ses actifs ou de modifier ou résilier certains de ses contrats. Elle contribue ainsi à modifier la structure d’un marché.

Elle part d’un postulat d’échec, celui de l’incapacité de supprimer l’abus, pour arriver à un résultat radical, celui de la suppression de la position dominante elle-même.

En raison de sa gravité, cet instrument n’est prévu par le législateur que dans des hypothèses précisément déterminé, et n’est utilisé par l’autorité de la concurrence que dans des cas exceptionnels. La généralisation de ce mécanisme soulève un certain nombre de difficultés.